POÈMES Extraits du recueil Le chemin de l’homme (1972) Karl RISTIKIVI

ImageImage

Le chemin du lézard aussi laisse une trace sur la pierre,
même si nous ne la voyons pas.
Chaque pensée qui vient et va
persiste quelque part intacte.
Ce que tu as offert avec le sourire
un jour peut-être finira,
mais le sourire demeure.
La joie que tu n’as pas su saisir
reste en attente éternellement,
Même les mots qui n’ont pas été prononcés
ont été dits en pensée
et mis quelque part en réserve.
Comment sinon le petit nombre de nos jours
peut-il remplir les greniers infinis du temps ?
Comment sinon un seul instant
peut-il déplacer une pierre ?

Celui à qui il a été peu donné
le porte sur son cœur.
Celui à qui il a été beaucoup donné
le laisse perdre entièrement.

Tous les chemins sont égaux en longueur dans le temps.

Traduit de l’estonien par Jean-Pierre Minaudier

http://www.litterature-estonienne.com/ristikpoemes.html

Parole de Le Cœur D’un Enfant: Michel Jonasz

ImageImage

Le cœur d’un enfant c’est grand
Des vaisseaux spatiaux s’y baladent
Et si leurs Mamans tombent malades
Elles guérissent en regardant dedansOn y voit des goélands
On y boit des rivières d’orangeade
En écoutant les galopades
D’un cheval pur-sang

Le cœur d’un enfant c’est grand
L’amour s’y déverse en cascade
L’ours blanc fait des glissades
Sur la seule neige du monde qui dure vraiment

Le cœur d’un enfant c’est grand
Le temps s’y transforme en espace
Et l’espace en un instant
Peut dev’nir le temps qui passe

On croise un éléphant blanc
Deux indiens en embuscade
Un troupeau d’élans qui gambadent
Un cheval pur-sang

Le cœur d’un enfant c’est grand
On y voit la lune qui s’déplace
On y voit le bleu firmament
Dans l’coeur d’un enfant y’a d’la place

Le cœur d’un enfant… c’est grand

Tombe, tombe la pluie

Image

Tombe, tombe, tombe la pluie
Tout le monde est à l’abri
Y’a que mon petit frère
qu’est sous la gouttière
pêchant des poissons
pour toute la maison.

http://comptines.tv/tombe,_tombe_la_pluie